Notre Aventure

Selon leurs traditions, leurs histoires, leurs religions, chaque pays possèdent ses propres us et coutumes pour célébrer les unions et permettre aux fiancés de se dire « oui ». Pour témoigner des traditions du mariage et de ses mutations en Asie, nous partons à la rencontre d’hommes et des femmes en phase de s’y marier.

 

 

 

MERCI pour vos

« OUI »

En novembre 2017, nous avons eu la chance de partager la vie de trois couples merveilleux.

Yen et Tu, Cérémonie animiste, Hanoi, Vietnam

Marie et Cong, Cérémonie catholique, Hanoï, Vietnam

Mai et Chien, Cérémonie animiste, Vinh Phuc, Vietnam

Nous tenons dès à présent à les remercier, ainsi que toutes leurs familles, pour l’accueil chaleureux et sincère qu’ils nous ont offert. Nous garderons un souvenir très émouvant de ces rencontres.

 

 

Nos contacts

Nous remercions également :

– Le père Antoine Duy Luong, curé de la cathédrale Saint Joseph de Hanoï

– Madame Ha Thien Kim, membre de l’association des jeunes vietnamiens de Paris,

– An Duyên, étudiante en journalisme à l’université de Hanoï ainsi que sa famille,

– Bich Diep TranNguyễn Tiến Thành  et l’ensemble de leur équipe du Trong Dong Palace de Hanoï,

pour leurs mises en relations et leurs éclaircissements.

 

Leurs histoires…

Grâce à chacun d’entre eux, nous avons découvert qu’au Vietnam le sens de la cérémonie de mariage prime sur sa forme. A 80% non croyante, la population vietnamienne est dite animiste. Cependant, elle ajoute généralement un peu de bouddhisme, de confucianisme ou de catholicisme. Cela, tout comme la culture occidentale, influe fortement sur le mariage Viet sans pour autant le priver de passion.

A vous maintenant, lecteurs, de vivre l’émotion intense que nous avons pu ressentir au près d’eux, dans notre extrait ci-dessous.

 



 


Extrait – Mariage de Mai et Tu, Province de Vinh Phuc, Vietnam – 5 décembre 2017

« … La famille de Chien et ce dernier ont rejoint le domicile au lever du soleil. Après avoir effectué la cérémonie du thé et la remise des cadeaux aux ancêtres, les prétendants se sont dressés devant l’autel, ils ont prié, demandant une dernière fois la bénédiction de leurs ascendants. Les yeux posés sur l’autel, le visage de Mai s’illuminait au rythme des flashs.

 

 

 

Le souvenir doit être encré…

Sous le chapiteau, la musique raisonne avec insistance. Tous les membres se sont regroupés autour du foyer. Derrière lui, un mur de fleurs blanches laisse ressortir les noms calligraphiés des deux bien-aimés. Devant, le photographe a pris soin de retirer les tabourets et tables qui hier encore invitaient les convives au repas. Dans leurs tenues d’apparat, Mai et Chien ont été placé au centre du décor, la traine blanche de Mai parfaitement allongée sur le sol. La séance photo peut commencer. Les frères et sœurs, parents et grands-parents de la mariée sont invités à poser au près d’eux. Le photographe donne ses instructions, le rythme est soutenu. Défilent témoins, amis, puis vient notre tour. Hier encore étrangers, nous sommes aujourd’hui membres familiers. Quel bonheur.

 

 

Quittant l’objectif du photographe un instant, mon regard se pose par hasard sur celui de la grand-mère de Mai. Elle semble retenir difficilement ses larmes. A ses cotés sa fille, elle, n’y parviendra pas. L’émotion la submerge. Près de nous, Mai s’en aperçoit, la gorge nouée son souffle s’accélère. Mais il n’y a pas de temps à perdre, le photographe nous demande de laisser place, le défilé doit se poursuivre. L’inquiétude monte et Mai laisse apparaître quelques larmes. Chien, impuissant tentera en vain de la rassurer. La séance est interrompue.

 

 

 

Les fiancés sont dirigés vers la salon, où les chefs de familles ont pris place. L’échange durera à peine quelques minutes, le temps d’un dernier conseil. Puis tout s’emballe. Mai est poussée par la foule à l’extérieur du salon, puis à l’extérieur même du chapiteau. Nous voilà dans la rue. Derrière, Chien parvient difficilement à surélever la traine de sa fiancée. Les parents de Chien ont ouvert la voix du cortège menant au bus ornementé. Le moment est fort. Mai s’apprête à quitter son foyer pour rejoindre celui de son futur époux. Telle est en effet la coutume au Vietnam. Devant le portail du chapiteau, ses parents se sont arrêtés net. Son père aura fait son possible pour ne pas craquer. Pourtant son dernier regard porté à sa fille aura raison de lui… Il explose. Il vient de donner sa fille adorée. Elle sera mariée, dans quelques heures, au domicile de son conjoint. Loin de lui… »

 

 

A lire également 

« Mariage au Vietnam : entre tradition ancestrale et culte catholique » dans le magasine La Vie.

A découvrir fin 2018 : « le déroulement du mariage vietnamien et notre critique à son égard » dans notre livre « Mariages d’Asie ».

 

 

MERCI pour vos « OUI »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!