Warning: Parameter 2 to qtranxf_postsFilter() expected to be a reference, value given in /homepages/28/d696878757/htdocs/clickandbuilds/Asiedeux/wp-includes/class-wp-hook.php on line 286
Mariage Khmer, traditions et émotions. « Orkurn សូមអរគុណអ្នក » – ASIE A DEUX

 

Mariage « Khmer »

La culture est l’un des plus beaux traits à ressentir et à expérimenter dans une nouvelle destination. En acceptant de nous recevoir, Leang et son époux Bunhik, Chenda et son bien aimé Chin et leurs familles nous ont offert deux expériences culturelles uniques, distinctes et mémorables. Les premiers, adeptes du bouddhime theravāda, comme 95% des cambodgiens, ont témoigné avec grâce des traditions ancestrales khmer. Leur mariage haut en couleur fut une explosion de bonne humeur !

Les seconds de confession catholique ont associé avec goût identité culturelle et croyance religieuse. Comptant à peine 20 000 fidèles au Cambodge, le mariage catholique khmer est unique au monde. Grâce à Chenda et Chin, nous avons eu la chance d’assister à l’une de ces rares célébrations en l’église Saint Joseph de Phnom Penh.

 

 

Chenda et Chin

Nous remercions chaleureusement :

Le Père Bob Piché, responsable du grand séminaire de Phnom Penh, pour ses nombreuses informations, ses mises en relation, son soutien et sa bonne humeur tout au long de nos rencontres. Nous saluons également l’ensemble des membres de la paroisse Saint Joseph, avec une attention particulière pour le père Chatsirey Roeung prêtre officiant et curé de la paroisse St Joseph, le père Charles Nani Kale assistant à la paroisse St Joseph, le père Charles Arun travaillant à Don Bosco school et le père Leo Ochoa de Don Bosco school.

Les familles de Chenda et Chin pour leur naturel.

Un grand merci à nos jeunes mariés Chenda et Chin pour leur accueil, leur inquiétude, leur joie de vivre et leur amitié. Leur gentillesse fit de ce moment une expérience culturelle doublée d’une expérience humaine.

 

 

Leang et Bunhik

Nous remercions affectueusement :

Vanessa pour son investissement et sa confiance en nous et notre projet.

Danang et son époux Laysun, pour nous avoir introduit dans leur famille. Nous avons découvert chez eux un couple d’une gentillesse folle, un couple que nous aurons plaisir à retrouver.

Keammin pour son temps, son écoute et bien entendu sa folie !

Avec sincérité les parents des époux, pour leur simplicité et leur sensibilité ponctuant la cérémonie d’émotions.

Enfin Leang et Bunhik, les époux, pour leur beauté, leur attention, leur générosité et leur tendresse. Leur investissement dans ce projet fut complet, leur amitié sincère nous laissant, à la veille du départ, quelque peu mélancoliques.

 

 

Extrait – Mariage khmer, Couleurs du passé.

« Le mariage Khmer se déroulait autrefois sur plusieurs jours, de trois à sept jours. Les contraintes financières actuelles le réduisent à un ou deux jours de festivités. Témoignage des traditions ancestrales passées, il est une longue cérémonie aux étapes et rites bien définis. Bien que parfaitement encré dans la tradition Cambodgienne, son sens premier est parfois un véritable mystère pour les mariés. Voilà pourquoi, chaque célébration est maintenant confiée à un maître de cérémonie, nommé « Achar ». Les tenues et bijoux traditionnels sont loués, sélectionnés avec attention en compagnie de l’organisateur, et en fonctions des exigences de chaque rituel.

 

 

 

« Le Sampot »

Tout au long de leur union, les époux sont invités à se changer entre 5 et 10 fois, selon leur classe sociale. Pour le marié comme pour la mariée, le sampot est le vêtement de base. Plus de 58 variations de Sampot existent. La couleur, le tissu et ltoutes les dimensions, varient en fonction du genre et de la classe sociale du porteur. Parmi elles trois sont réservées aux cérémonies de mariage.

Le Sampot Chorabap comme le Sampot Sabum sont de longues jupes faites de longs coupons de tissus drapés et noués, voir épinglés. Ils sont fondamentalement semblables aux Sarong portés dans les pays voisins du Laos et de la Thaïlande. Le Sampot Lberk, lui, ressemble davantage à un pantalon qu’à une jupe. C’est un morceau de tissu rectangulaire de trois mètres de long et un mètre de large. Il est porté en l’enroulant autour de la taille, l’étirant loin du corps et en tordant le nœud. Le nœud est ensuite tiré entre les jambes et maintenu par une ceinture métallique. Les hommes portent le même costume traditionnel adapté à leur genre.

 

« 

 

Traditions et Origines

Le Sampot est généralement fait de soie. Le tissage de la soie était une partie importante du passé culturel du Cambodge. Les habitants de la province de Takéo la tissent depuis l’Antiquité. Des méthodes et des motifs complexes ont été développés pour fabriquer le tissu, dont la méthode hol, impliquant des motifs de teinture sur la soie avant le tissage. C’est de cette méthode que proviennent, aujourd’hui, un bon nombre des Sampots dédiés aux cérémonies d’unions.

Si les classes supérieures ont depuis longtemps abandonnées le Sampot au quotidien, il est toujours populaire parmi les hommes et les femmes de la classe inférieure.  Les Khmers ruraux le préfèrent encore aux vêtements occidentaux pour leur confort. Le matériau utilisé par ces Cambodgiens n’est alors pas de la soie tissée à la main, mais du tissu imprimé à motifs de batik importé d’Indonésie.

Toujours populaire auprès de l’ensemble des Khmers, il est considéré par le peuple du Cambodge comme leur vêtement national.

 

 

 

 

 

Le Sampot est accompagné chez le marié d’une lourde veste de costume noué d’un col mao. La Mariée, elle, porte des hauts d’apparats brodés d’or et d’argent, relevés d’une écharpe retombant à ses pieds. Pourquoi cette écharpe ? Le mariage traditionnel khmer rappelle plusieurs légendes dont la plus connue et la plus importante est l’union de Preah Thong. Il s’agit ici du premier roi du Koh Thlok et de la princesse Nagi, fille du roi des Naga. De leur union découle l’une des plus belles parades. Le marié est invité à s’accrocher à l’écharpe de la mariée afin d’entrer dans la chambre nuptiale alors que des airs de Preah Thong Neang Neak, Neak Pean sont joués.

 Si la coupe des costumes traditionnels est choisie selon le rituel, les couleurs de ces derniers sont au choix des époux. Bon nombre d’entre eux nous offrent alors un véritable cortège de superbes costumes aux couleurs éclatantes. »

 

 

Mariage Khmer, traditions et émotions. « Orkurn សូមអរគុណអ្នក »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!