Un dernier regard

Notre airbus A380 quitte l’aéroport de Mumbai en pleine nuit, Brice est aux anges, il rêvait de voler sur cet avion depuis longtemps. Au Hublot, nous contemplons une dernière fois les contours du continent. Malgré la fatigue, ce dernier ne cesse de fasciner. Le quittons nous trop vite ? Il ne nous faut que le temps d’un regard pour nous promettre d’y revenir.

 

 

Téhéran

Après six heures de vol et une escale à Dubaï, nous foulons enfin les Terres Iraniennes. A l’aéroport de Téhéran, les formalités d’entrées sont effectuées en moins de dix minutes. Dans le hall d’arrivée Mashala, notre guide pour la journée, nous attend ravi. Tranquillement, nous le suivons jusqu’aux portes de sorties. Devant nous se déplie une étendue de champs asséchés que le vent tente tant bien que mal d’éveiller. Le soleil est de plomb, le silence complet, saisis devant tant de sérénité nous stoppons nos pas et respirons à plein poumons.

 

 

Téhéran et « Noruz »

Le centre-ville de Téhéran semble suspendu. Les vacances de « Noruz » battent leurs pleins. A cette occasion la capitale est vidée de toute activité. Quelques bars gardent porte ouverte nous offrant poses et rafraichissements. Des heures durant, Mashala et sa femme nous couvrirons de douceurs avant de nous déposer soucieux sur le quai de la gare. Direction le sud. Téhéran n’est qu’une halte, nous y reviendrons plus tard dans notre voyage.

 

 

Le premier trajet

Le train « JQJ » possède tout le confort possible. Paniers repas, coussins et couvertures ont été déposés à notre intention. Notre cabine est prévue pour accueillir six passagers que nous espérons occidentaux. Souhait exhaussé, Emmanuelle et Martial, tous deux parisiens, seront nos seuls compagnons de route. Porte et rideaux fermés, ce sas deviendra pour les 14 prochaines heures un salon privé où, sans gêne, voiles et retenues tomberont… Après une belle et confortable nuit, nous apercevons par notre fenêtre un paysage hors du commun. Montagnes enneigées et déserts arides défilent… nous découvrons bouche bée ce nouvel environnement.

 

 

 

Kerman en « famille »

10h30, notre train entre en gare de Kerman. Sina, thérapeute haut savoyard d’origine iranienne, nous attend. Il est en visite chez ses parents. Tout comme nous, il a convié Emmanuelle et Martial à la découverte de son pays. La petite troupe est conduite jusqu’à la demeure familiale où « chai » et douceurs iraniennes nous attendent. Ici vivent les parents de Sina et transitent chaque jours enfants, petits-enfants, cousins, cousines, oncles et tantes le temps d’une visite ou d’un repas. Il ne nous faudra donc pas attendre longtemps avant que Elnaz, Elham et Corine n’arrivent. Jeune et passionnée, Elham expose au musée d’art contemporain de Kerman le « Sanati Contempory Arts Museum ». Nous nous y rendons curieux. L’architecture du lieu est magnifique. Une bonne partie des œuvres présentées proviennent de la collection privée de Farah Pahlavi, femme du Shat et passionnée d’art. Une partie de l’édifice est cependant réservé aux jeunes artistes de l’école d’art de Kerman. Les œuvres présentés y sont surprenantes, engagées et pour certaines très prometteuses. Elham prend plaisir à nous présenter son exercice.

 

 

 

Premiers pas au Bazar

Notre découverte se poursuit avec la visite du bazar et de ses spécialités. Nous succombons aux plaisirs des pistaches et dattes, et nous essayons au « Khask », petit bâtonnet de fromage sec. Nous découvrons ici un vrai lieu de fête, où famille et amis déambules, « la place Ganjali-kan » dansant au grès des musiques traditionnelles. C’est aussi l’occasion de découvrir les fameux tapis de Kerman et son art millénaire. Une autre grande tradition des bazars est le façonnage du cuivre qui se décompose en plusieurs objets tous aussi beaux les uns que les autres.

 

 


 

Soirées Iraniennes

De retour chez « Baba Jun » (grand-père), la maison est pleine, six chaises nous attendent. Sur la table, Ghormeh sabzi, Khorèch-é-gheymé et tant d’autres mets nous sourient. Soyons franc, ici nous n’allons pas perdre un seul kilo, bien au contraire. Ce soir, une quinzaine de personnes se sont réunies avec pour seule envie, faire la fête avec nous. Ce magnifique repas familial se terminera tard, aux sons des tubes et danses iraniennes.

 

 

« Bam » et sa Citée

6 heures le lendemain matin, les yeux sont lourds du manque de sommeil, mais notre taxi est là et s’impatiente déjà. Nous prenons la direction de Bam. Sina y est né, il sera un excellent guide. Longeant l’ancienne route de la soie, le paysage est hors du commun. Il est jalonné de vieilles demeures, de pistachiers et de dattiers, richesse de « Bam ». 190 km plus au sud, nous découvrons le véritable chef œuvre architectural de la ville de Bam : « L’Arg-é bam ». La grande citadelle construite V siècle avant J.C s’étant sur 180 000 m2. C’est l’un des joyaux de l’Iran qui resta jusqu’en 1850 l’une des plus grandes ville-citadelle du pays. Nous déambulons dans ses petites ruelles et admirons le travail architectural. Dans ses régions chaudes de Perse, les maisons sont construites en deux parties. Entourant un jardin intérieur, le côté Ouest est utilisé en été quand le côté Est lui sert en hiver. Au cœur des remparts, bazar, écoles et habitats traditionnels offraient tout le confort nécessaire aux habitants de la cité. Mais Sina nous confit tristement, le terrible sort de la ville et de ses habitants. Le 26 décembre 2003, à 5h26, un tremblement de terre d’une magnitude de 6,8 détruit près de 80% de celle-ci faisant plus de 40 000 victimes et autant de blesser. La citadelle construite en terre n’y résista pas. Seule l’aide financière étrangère permit à citadelle de se reconstruire. « Bam » eu pour honneur de nous offrir, ainsi qu’aux jeunes générations iraniennes, ce témoignage in estimé du passé.

 

 

« Rayen »

Nous quittons Bam après quelques bouffées de chichas improvisées sur le bord de la route. Notre nouvelle destination, le petit village de Rayen. Situé au pied de la montagne Haraz, il culmine à 4 501 mètres d’altitude et est célèbre pour sa citadelle. Cette dernière est le second plus grand édifice en brique crue du monde. Un petit bijou de l’art pré islamique « Sasanian » extrêmement bien conservée.  Celle-ci eu la chance de n’a pas subir le tremblement de terre de 2003.  A ces côtés, dans le parc bordant ses ruines, agenouillés sur une grande couverture nous savourons notre pique-nique. Véritable institution en Iran, le pique-nique ne s’improvise pas ! Entre deux gorgées de Dourh, Sina nous raconte sa vie de petit garçon ayant pour terrain de jeux cet environnement. Ici filles et garçon entamaient librement de grandes parties de cache-cache. Passant de maisons en maison, Sina nous conte un à un les souvenirs de son enfance. Post révolutionnaire, il nous décrit un souvenir bien loin des dessins d’aujourd’hui. Finallement nous quittons les berges du sud pour retrouver la maison familiale où un repas à l’Iranienne nous attend déjà.

 

 

« Sizdah Bedar »

Les vacances de « Noruz » se terminent demain. Aujourd’hui cependant, une fête bien spéciale s’organise. Si le premier jour des vacances de Printemps signe le début de la nouvelle année iranienne, le 13ème et dernier jour reste le plus emblématique. Il se nomme « Sizdah Bedar » dit « treizième jours dehors » en perse. Sa tradition date de la perse antique. A cette occasion, toutes les familles se réunissent autour de musiques et de danses. Le but est de sortir de chez soi et de pic niquer en famille afin de ne pas subir la malchance du 13ème Jours.  A la fin de la journée, un bouquet de « Sabzeh » et jeter à la rivière afin de faire disparaitre le mauvais sort. Les jeunes filles célibataires peuvent aussi y nouer les tiges afin de se garantir un mariage avant l’année suivante. Peut-être cela signe-t-il un beau présage pour nous reporter ! Pour cet évènement, nous sommes invités à prendre la direction de Hinaman, petit village perdu aux pieds des montagnes où le temps semble s’être arrêté. Dans le salon bondé, Kebab, brochettes, riz aux safran, Dourh et dattes parsème le tapis posé au sol. Autour de lui, toutes les générations prennent place et nous donnent l’aubaine de discussions ouvertes. 

 

 

« Kuh-e Bala »

Les discussions s’éternisant Sina et son cousin nous appel à découvrir un autre visage d’Hinaman. En Jeep, nous arpentons la montagne « Kuh-e Bala » quand une trentaine de minutes plus tard au creux d’une vallée la voiture s’arrête. Perdu au milieu d’un paysage magnifique tantôt désertique tantôt verdoyant, le vent frais pousse jusqu’à nous l’odeur des neiges visibles au loin. Notre guide s’attèle à nous offrir une pose « chai ». Assis sur l’herbe, nous écoutons l’eau bouillir calmement. Voilà un moment hors du temps. Certainement l’un de nos plus beaux souvenirs de voyage. Puis viens l’apogée, le sommet, où là nous n’avons plus de mots. On vous laisse juste contempler ! 

 

 

Merci !!

Déjà 5 jours, le temps passe vite. Nous voilà déjà les sacs sur le dos et beaucoup d’émotion dans nos au revoir. L’épopée Kerman se termine. Ces journées bien remplies nous aurons accordées une arrivée douce et chaleureuse en Iran. Les buffets gargantuesques de « Mama Jun » et les soirées animées et libérées des membres de la famille seront parvenus sans mal à nous acclimater. Merci à chacun d’eux pour ces découvertes.

Las de quitter La Maison, nous rejoignons la gare de Kerman. A 16 heures, notre bus part en direction de Yasd. Au travers les fenêtres nous regardons d’un œil familier s’éloigner nos hôtes et leur citée Kerman. 

 

Kerman, la porte cachée sur l’Iran.

2 avis sur « Kerman, la porte cachée sur l’Iran. »

  • visage
    mardi 8 mai 2018 à 19:25
    Permalien

    Bonjour Corinne,
    Nous sommes ravi aussi d’avoir passé ce beau moment avec toi. Vivre le voyage par toutes ces rencontres est pour nous magique.
    On se revoit à notre retour.
    A bientôt.
    Affectueusement

    Brice et Alexandra

  • mardi 8 mai 2018 à 15:03
    Permalien

    Que des bons souvenirs ! Et bravo pour les magnifiques photos !!
    Affectueusement
    Corinne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!