Mariage « Sino-Thaï »

Le mariage est un moment fort pour chacun de nous. Il est le témoin d’un amour mutuel mais aussi le témoignage d’une histoire personnelle, familiale et nationale. L’union de Naree et Athit fut, pour nous, la démonstration d’une jeunesse aguerrie, témoins respectueux du passé familial et acteurs actifs de leur temps. Merci à tous pour cette belle image !

 

 

Naree et Athit

Nous remercions tout particulièrement :

Vanessa, encore une fois, pour sa mise en relation avec la famille.

Anna et David pour leur accompagnement, leurs confidences, leur gentillesse et leur humilité. Nous avons passé en leur compagnie des moments remplis d’émotions sur lesquels nous aurons grand plaisir à revenir lors de nos retrouvailles parisiennes.

Sangsom, pour son incroyable disponibilité ! Travailleur acharné il a fait de notre passage une aventure. Merci pour ses conseils et visites. Merci pour cette gentillesse sans égale !

Nous remercions les parents et membres de la famille pour leur chaleureux accueil.

Enfin, bien sûr, nous remercions les deux époux Naree et Athit pour leurs témoignages et leurs sourires. Le temps fut court en leur compagnie mais bien agréable. Au plaisir de se revoir.

 

 

Extrait – Témoignage du passé

« Je suis arrivé à Trat le 14 avril 1975. Les Khmers rouges venaient de prendre Phnom Penh, et avec elle mes parents et mes sœurs. Mes sœurs rejoignirent cette région à la libération. Tous comme, 30 ans plus tôt, nos parents avaient fui la Chine et offert à leurs enfants une nouvelle patrie, mes sœurs s’approprièrent ses terres et y conduisirent leur vie. Aussi, ma nièce Naree, d’origine khmer par sa mère et chinoise par sa grand-mère, naîtra Thaïlandaise » nous raconte David.

 

 

 

Les yeux fermés, j’entends, englouties sous un air thaï, différentes langues offrant une mélodie d’accents qu’il est amusant de tenter de reconnaître.  Ces dernières me laissent imaginer un espace parsemé d’hommes et de femmes en tenues traditionnelles à tendance rouge et or. Mirage. La pluri-culturalité de la famille Chi m’aurait-elle laisser oublier la modernisation frappante de la Thaïlande. Devant moi s’opposent singulièrement les jeunes Bangkokiennes affichant leur modernisme, et leurs ainées révélées par des Sarongs magnifiquement portés.

 

 

 

Au cœur du village de pêcheur de Khlong Yai, dans l’est thaïlandais, le cortège nuptial s’avance. Une quinzaine de femmes, dansant gaîment au rythme des musiques thaïes, ouvrent la marche. L’ambiance est festive, sous le soleil levant elles trinquent à la vie et aux futurs époux. La rangée d’une dizaine de mètres regroupe musiciens, membres de la famille puis convives. Dans leurs mains, des plateaux d’argent portent les nombreuses offrandes à destination des parents de Naree. En bout de queue, Athit vêtu d’un sarong traditionnel doré accompagné d’une veste de costume actuelle détonne. Un bouquet de billets à la main, il avance le visage ému.

 

 

 

 

 

7h50, le cortège arrive aux portes de la maison. La musique retentit d’autant plus fort. Dans sa chambre, Naree attend son époux, devinant les minutes qui s’écoulent. Dans la cour, cousines et amies dressent les 7 portes d’or et d’argent. En rang deux par deux, elles étirent entre elles 7 chaines d’acier symboles d’encombres et de difficultés. Athit se devra de les passer une à une afin de prouver à tous sa capacité à protéger sa femme. 8h09, l’heure favorite annoncée par le voyant. Athit se plie aux volontés des cousines, sont jetés « effectue 25 pompes », « Bois ce verre d’un coup », « répond à cette question » ou encore « use de ta fortune pour nous convaincre » … Peu à peu les barrières s’effacent, Athit est désormais prêt, la main sur la poignée, il s’apprête à retrouver sa bien-aimée.

 

 

 

« La porte s’ouvre et mon cœur s’emballe. Je reste assise sur le bord de mon lit. Athit entre. Je reconnais sur son visage les traits du bonheur. Il est heureux, je me rassure. Derrière lui, une foule se bouscule dans l’espoir de m’apercevoir. Je porte le sarong traditionnel de couleur or, mes cheveux relevés et décorés de bijoux. Athit s’est assis à mes côtés, les flashs se reflètent de toutes part dans cette chambre blanche. Nos mains se serrent, il est temps de commencer la cérémonie, dans quelques heures, je serais sa femme. »

 

A votre image  – MERCI

6 avis sur « A votre image  – MERCI »

  • mardi 20 mars 2018 à 11:52
    Permalien

    Bonjour, c’est David et Anna. Je tiens à vous remercier pour l’article que vous avez écrit. Nous sommes très touchés et nous avons été content de vous rencontré. Merci. À très bientôt.

    Répondre
    • visage
      mercredi 21 mars 2018 à 14:07
      Permalien

      Bonjour à vous deux. Nous avons eu grand plaisir à écrire cet article. Autant qu’à le vivre. Encore merci à vous et à bientôt sur Paris comme Promis! Bonne reprise à vous. On vous embrasse.

      Répondre
  • dimanche 18 mars 2018 à 17:17
    Permalien

    De toute beauté !!! Très heureux de constater que tt se passe bien pour vous 2 :))
    Bonne continuation et à très vite 😉
    Grosses bises

    Répondre
    • visage
      mercredi 21 mars 2018 à 14:04
      Permalien

      Coucou vous deux! Toujours heureux de vous lire! Oui le voyage est encore et toujours une douceur à vivre. Nous avons grand plaisir à le partager. Nous espérons que tout va bien chez vous. gros bisous de nous deux.

      Répondre
  • dimanche 18 mars 2018 à 16:41
    Permalien

    Un mariage de rêve pour nous Européens…

    Répondre
    • visage
      mercredi 21 mars 2018 à 14:03
      Permalien

      Ce sont effectivement de très beaux mariages aux quels nous assistons, remplis de traditions et intentions parfois perdues chez nous… Merci beaucoup pour votre lecture. Nous pensons bien à vous et vous embrassons.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!